LE SITE DE MONTREUIL-LE-CHÉTIF - Mise à jour du site internet le 24/07/2017 - Copyright  © 2017 Tous droits réservés Les célébrités locales
MAXIME DU CAMP (1822-1894) Un immortel à Montreuil-le-Chétif Source: Wikipedia, Souvenirs littéraires (tomes 1 & 2) Maxime Du Camp La   fortune   de   son   père,   chirurgien   parisien   mort   treize   mois   après   la   naissance   de   son   fils,   permet   à   Maxime   du   Camp,   devenu   jeune   rentier après   ses   études,   de   satisfaire   son   goût   prononcé   pour   les   voyages   et   la   littérature.   Il   visite   l'Europe   et   l'Orient   entre   1844   et   1845,   puis   de nouveau   entre   1849   et   1851,   cette   fois   en   compagnie   de   Gustave   Flaubert   avec   qui   il   entretient   ensuite   une   abondante   correspondance.   C'est   au cours   de   cette   deuxième   expédition   en   Orient   qu'il   rassemble   une   très   importante   documentation   photographique   pour   laquelle   il   utilise   la technique   du   calotype.   Les   tirages   sur   papier   de   ses   clichés   sont   restés   d'une   excellente   qualité.   Ses   récits   de   voyages   ont   pour   titres   Souvenirs et paysages d’Orient (1848) , Égypte, Nubie, Palestine, Syrie (1852), Le Nil, lettres sur l’Égypte et la Nubie (1854). En 1851, il est un des fondateurs de la Revue de Paris  (supprimée en 1858) et est un contributeur fréquent de la Revue des deux Mondes . Ami   de   Théophile   Gautier   ou   de   Baudelaire,   Maxime   Du   Camp   est   lui-même   un   écrivain   de   renom   :   il   publie   deux   grands   romans,   Mémoires d’un   suicidé   (1853),   puis   Les   Forces   perdues   (1867),   mais   aussi   deux   recueils   de   poèmes   alors   remarqués,   Les   Chants   modernes   (1855)   et   Les Convictions   (1858).   Il   est   l’auteur   d’un   certain   nombre   de   nouvelles   dont   les   principaux   recueils   sont   :   Les   six   aventures   (1857),   Le   Chevalier du cœur saignant et L’homme au bracelet d’or (1862), Les Buveurs de cendres (1866). En   1860,   il   s'engage   comme   volontaire   auprès   de   Garibaldi   et   participe   à   l'Expédition   des   Mille. Aux   côtés   de   Garibaldi,   il   débarque   en   Sicile afin   de   conquérir   le   Royaume   des   Deux-Siciles,   gouverné   par   les   Bourbons.   Il   s'agit   d'un   premier   pas   vers   l'unification   de   l'Italie   alors   partagée en une multitude de petits états. Maxime du Camp raconte ses expériences dans Expédition des Deux-Siciles  (1861). À   son   retour   en   France,   il   quitte   le   monde   littéraire   pour   mener   de   grandes   enquêtes   sociologiques   sur   Paris   principalement   :   Paris,   ses organes,   ses   fonctions,   sa   vie   (1869)   en   6   volumes,   Souvenirs   de   l’année   1848   (1876)   Les   Convulsions   de   Paris    en   4   volumes   (1878),   La charité privée à Paris (1885), La vertu en France (1885) puis Paris bienfaisant (1888). Il   est   élu   membre   de   l’Académie   française   en   1880,   surtout,   dit-on,   à   cause   de   son   histoire   de   la   Commune,   publiée   sous   le   titre   de   Les Convulsions de Paris. Ses   Souvenirs   littéraires   (2   vols.,   1882-1883)    contiennent   de   nombreux   renseignements   sur   les   auteurs   contemporains,   surtout   Gustave Flaubert. Il est mort le 8 février 1894 à Baden-Baden et est inhumé au cimetière Montmartre à Paris. Mais   pourquoi   s'intéresser   particulièrement   à   Maxime   du   Camp   ?   Tout   simplement   à   cause   de   ses   attaches   familiales   à   Fresnay-sur-Sarthe   et Montreuil-le-Chétif.   Il   a   un   grand-oncle   qui   demeure   à   Fresnay,   alors   appelé   Fresnay-le-Vicomte.   Dans   ses   Souvenirs   Littéraires    (tome   1), Maxime du Camp écrit : «   Cet   ennui,   je   n'avais   plus   longtemps   à   le   supporter,   car   au   mois   de   juin   on   me   retira   de   pension;   j'accompagnai   ma   mère   et   ma   grand-mère, qui   allèrent   s'installer,   jusqu'au   milieu   de   l'automne,   à   Fresnay-le-Vicomte,   chez   M.   de   Contencin,   un   de   mes   grands-oncles   dans   la   ligne maternelle.   Sous-préfet   de   Mamers   au   moment   où   éclata   la   révolution   de   Juillet,   M.   de   Contencin   avait   reçu,   comme   tous   les   fonctionnaires   de province,   ordre   de   surveiller   les   routes   et   de   faire   arrêter,   s'il   y   avait   lieu,   les   ministres   signataires   des   ordonnances;   il   avait   interprété   ces instructions   d'une   façon   particulière,   car   il   s'était   immédiatement   mis   en   rapport   avec   le   comte   de   Semallé,   un   de   ses   amis,   et   n'avait   rien négligé   pour   favoriser   la   fuite   du   prince   de   Polignac.   Il   avait   été   destitué,   ce   qui   l'avait   indigné.   Il   s'était   retiré,   boudeur   et   frondeur,   dans   une petite   propriété   qui   touchait   aux   dernières   maisons   de   Fresnay-le-Vicomte   et   qui   dominait   le   cours   encaissé   de   la   Sarthe.   Mon   oncle   était   un vieillard   ou   du   moins   me   paraissait   tel;   c'était   un   homme   d'infiniment   d'esprit,   d'une   instruction   étendue,   railleur,   d'humeur   inégale,   d'opinions légitimistes   exaltées   et   que   les   paysans   appelaient   :   M.   de   Contenchien.   Au   temps   de   la   Révolution   française,   il   s'était   jeté   en   Vendée,   où   il avait   fait   la   guerre;   il   avait   connu   Cathelineau,   Charette,   Stoffiet,   La   Rochejaquelein,   et   en   parlait   comme   de   héros.   Il   était   à   la   bataille   du Mans;   après   la   défaite   de   l'armée   royaliste,   ou   plutôt   de   l'armée   royale,   comme   on   disait   alors,   il   s'était   enfui   dans   la   forêt   de   Sillé,   dans   les bois de Pezé, s'était caché dans une ferme appartenant à ma famille et avait continué de faire la chasse aux Bleus.  » Et   c’est   à   Montreuil-le-Chétif   où   sa   grand-mère   possédait   un   bien   que   Maxime   du   Camp   est   venu   séjourner   pendant   plusieurs   mois   après   avoir passé son baccalauréat pour fuir la frénésie d'une vie parisienne dans laquelle le jeune homme se perdait. Il avait alors vingt ans. «   Ma   grand-mère   possédait   dans   la   Sarthe,   entre   Fresnay-le-Vicomte   et   Sillé-le-Guillaume,   un   bien   patrimonial   composé   de   trois   fermes,   dont l'une,   la   terre   de   Frémusson,   avait   prêté   son   nom   à   mes   ascendants   de   la   ligne   maternelle.   La   ferme   principale   s'appelait   Bernay,   comme   tant de   localités   de   France   où   les   ours   ont   rôdé   jadis.   La   maison   d'habitation   était   une   commanderie   de   templiers,   manoir   de   la   fin   du   XIII ème    siècle, bâti   en   pierres   énormes,   muni   au   centre   d'une   tourelle   tétragone   et   caché   au   fond   des   bois   comme   un   repaire   de   brigands.   L'ancienne   chapelle des   moines   rouges   a   été   convertie   en   grange.   Le   rez-de-chaussée   et   les   greniers   de   cette   châtellenie   rouillée   par   le   temps   formaient   le   logis   des fermiers.   Les   propriétaires   s'étaient   réservé   la   jouissance   du   premier   étage,   composé   de   trois   vastes   chambres,   au   plafond   desquelles   les poutres   faisaient   des   saillies   noires.   Les   cheminées   étaient   tellement   larges,   qu'elles   contenaient   des   bancs   de   pierre   abrités   sous   le   manteau   et que   les   pluies   d'orage   éteignaient   le   feu.   C'est   là   que   je   m'installai   avec   une   vieille   paysanne   que   j'avais   prise   pour   faire   la   cuisine   et   qui   ne savait rien de Paris, sinon que les laitières y mettent de l'eau dans le lait. Je   vécus   là   pendant   six   mois   ;   ce   fut   ma   veillée   d'armes   ;   je   ne   la   trouvai   pas   trop   longue.   J'avais   de   quoi   m'occuper   et   la   lecture   ne   chômait pas,   sans   compter   les   sonnets,   les   ballades   et   les   odes   que   je   produisais   avec   une   déplorable   facilité.   J'avais   loué   le   cheval   du   meunier   de Fresnay-le-Vicomte;   on   me   l'avait   donné   pour   un   poney   :   c'était   une   affreuse   petite   rosse,   maigrelette   et   rabougrie,   dont   la   queue   était   absente, dont   la   tête   était   trop   longue,   dont   les   jambes   étaient   trop   faibles.   Je   n'étais   pas   lourd   à   cette   époque,   et,   l'un   portant   l'autre,   nous   allions   loin. Les   bois   de   Bernay,   un   simple   bouquet,   étaient   contigus   aux   bois   de   Brézé   et   à   la   forêt   de   Sillé;   il   y   avait   là   des   chemins   abrités   d'ombre,   des futaies   de   chênes,   des   étangs   et   une   sorte   de   précipice   nommé   le   Saut-au-Cerf,   où   plus   d'une   fois   mon   cheval   et   moi   nous   sommes   tombés   de compagnie   en   voulant   franchir   des   rochers   couverts   de   mousse.   Je   ne   m'ennuyais   pas;   souvent,   le   soir,   j'allais   dans   certaines   «   passes   » connues   me   mettre   à   l'affût   pour   tuer   des   loups,   qui   sont   nombreux   dans   ce   pays   boisé,   alors   mal   coupé   de   routes   et   sauvage.   Dans   ces expéditions,    j'avais    un    compagnon;    c'était    Lafleur,    un    garde    du    marquis    de    Brézé,    gars    solide,    dans    la    maisonnette    duquel    M.    de Larochejaquelein s'était caché pendant plusieurs semaines sous le nom de Dunant après l'échauffourée vendéenne de 1852. » «   Ce   séjour   dans   une   ferme   perdue   au   milieu   des   bois,   loin   de   tout   contact   et   de   tout   plaisir,   ne   me fut point inutile ; Ami, je suis la solitude, disait   à Alfred   de   Musset   cet   orphelin   vêtu   de   noir   qui   lui   ressemblait   comme   un   frère. Aux   jours   de mon   enfance,   j'avais   désiré   vivre   dans   une   île   déserte;   il   s'en   fallait   de   peu   que   ce   vœu   ne   fût exaucé.  » Le   20   septembre   1846,   il   adresse   une   lettre   à   son   ami   Gustave   Flaubert,   écrite   de   sa   châtellenie   de Bernay: « me voilà enfin installé dans ma bauge, comme un sanglier solitaire.» Même   si   c’est   avec   une   plume   trempée   dans   le   vitriol   qu’il   décrit   la   région,   ce   pays   sauvage   où   les ours   ont   rôdé,   un   repaire   de   brigands…   il   reviendra   néanmoins   à   plusieurs   reprises   séjourner   à Montreuil-le-Chétif, en son manoir de Bernay.
B.R.