LE SITE DE MONTREUIL-LE-CHÉTIF - Mise à jour du site internet le 01/12/2017 - Copyright  © 2017 Tous droits réservés L’église de Montreuil-le-Chétif (Saint-Sulpice)
HISTORIQUE : Au   XIIème   siècle,   l’église   de   Montreuil   était   une   chapelle   très   sobre   bâtie   dans   un   pays   de   Landes.   (Photo   1).   Quelques   années   plus tard,   on   y   ajouta   un   chœur   et   un   transept. Avant   1846,   elle   possédait   une   misérable   tour   en   campanile   qui   fut   remplacée   par   un   clocher (photo   2).   «Captif»   puis   «chétif»   viendrait   de   ce   que   les   revenus   de   certaines   églises   appartenant   à   la   cathédrale   du   Mans   étaient destinés au rachat des captifs : or Montreuil-le-Chétif appartenait à l’église du Mans. L’INCENDIE : Le   dimanche   25   Juillet   1937,   peu   avant   18h,   le   feu   partit   de   la   sacristie   -   sans   doute   à   cause   d’un   court-circuit-   et   s’est   propagé   par   la voûte    en    sapin.    L’alarme    fut    donnée    par    M.    MORGAN        qui    prévint    aussitôt    le    sacristain,    Monsieur    RAVÉ,    accourant    avec    des extincteurs,   mais,   rapidement,   le   feu   avait   pris   de   l’ampleur,   embrasant   toute   l’église.   Le   tocsin   fut   sonné.   Pendant   ce   temps,   Madame LERICHE,   cafetière   à   l’hôtel   proche   de   l’église,   prévint   la   gendarmerie   de   Fresnay   et   de   Sillé-le-Guillaume.   Les   pompiers   de   Fresnay arrivés   sur   les   lieux   avant   19h   combattirent   le   feu   avec   deux   motos-pompes.   Le   clocher   s’est   effondré   dans   un   «vacarme   épouvantable» tandis que les deux cloches ont complètement fondu. Les   dégâts   sont   considérables   (photo   3),   il   ne   reste   plus   que   deux   murs   à   moitié   calcinés   (photo   4).   Cette   carte   postale   fut   éditée   par l’abbé   Houdayer   qui   souhaitait   obtenir   de   l’argent   pour   faire   reconstruire   l’église   paroissiale   (il   obtint   100   000   francs   en   argent   et   accepta les   dons   en   timbre).   L’harmonium   et   quelque   statues   ont   pu   être   sauvés   du   brasier,   notamment   le   Christ   en   bois,   aujourd’hui   encore dans l’église (Photo 5) avec la participation de M. NICKLÈS, l’instituteur et de nombreux habitants arrivés en hâte par l’appel du tocsin. La sonnerie de Montreuil se composait de deux cloches : l’une en sol dièse, de diamètre 0.920 m, pesant 444 kg, l’autre en la dièse, de diamètre 0.823 m, pesant 330 kg. Suite   à   l’incendie,   il   est   retiré   598   kg   de   bon   métal   et   9   kg   de   bronze.   Le   métal   et   le   bronze   entreront   dans   la   composition   du   métal   des nouvelles cloches. Voir les journaux de l’époque qui relatent l’incendie (cliquer sur cette ligne). RECONSTRUCTION : En   attendant   la   reconstruction,   les   cérémonies   religieuses   avaient   lieu   dans   la   grange   du   presbytère   -   aujourd’hui   salle   polyvalente… pour   y   dire   la   messe,   les   enterrements,   les   mariages,   les   baptêmes,   tout   se   faisait   ;   à   noter   qu’il   n’y   avait   ni   mariage,   ni   baptême,   on était en temps de guerre ! Grâce   à      la   volonté   de   toute      la   paroisse,   du   maire,   Monsieur   BLOSSIER   et   du   conseil      municipal   tout   entier   ainsi   qu’à   la   générosité publique, le désastre fut réparé en deux ans. Le   curé   de   Montreuil,   l’abbé   HOUDAYER   qui   avait   des   talents   de   prédicateur,   s’en   est   allé   d’église   en   église   de   la   région   pour   récolter des fonds. Il parvint à rassembler la somme nécessaire à  l’embellissement qui englobait toute la partie en marbre. L’église   est   reconstruite   après   consolidation   des   murs   qui   tenaient   à   peine   debout   pour   recevoir   une   charpente   métallique,   privilégiée   à une   charpente   en   bois.   Quelques   différences   extérieures   apparaissent   :   les   abat-sons   du   clocher   -   avant   l’incendie   (photo   6)      et   après   la reconstruction (photo 7) sont beaucoup plus grands, un vitrail (photo 8) a été ouvert au-dessus du portail de l’église. La construction de la charpente métallique et du beffroi fut assurée par les établissements NEUVILLE et Cie. (Photos 9 et 10). INAUGURATION : L’inauguration   a   eu   lieu   le   27 Août   1939.   Monseigneur   GRENTE,   évêque   du   Mans,   assisté   de   Monseigneur   COULON,   vicaire   général,   a prononcé   sa   bénédiction   solennelle.   Les   cérémonies   s’étalèrent   sur   toute   la   matinée.   La   soirée   fut   réservée   à   la   bénédiction   des   trois cloches. Des parrains et marraines sont désignés : MARIE,   la   plus   grosse   cloche,   en   SI   BEMOL,   diamètre   0.820m,   350   kg   (le   parrain,   M.   BLOSSIER,   maire   et   la   marraine,   Mme   la Comtesse LE HON) GEORGETTE,   la   moyenne,   en   DO,   diamètre   0.730m,   250   kg   (le   parrain,   M.   Bernard   D’ALLIÈRES,   député   et   la   marraine,   Mme Eugénie BRION THÉRÈSE, la petite, en RÉ, diamètre 0.645 m, 170 kg (le parrain, l’abbé HOUDAYER et la marraine, Mme Juliette JULIENNE) Ces   cloches   pour   un   poids   total   de   728   kg   (78%   de   cuivre   rouge   et   22   %   d’étain)   furent   fondues   par   la   Fonderie   de   cloches   à   Saint-Jean de   Braye,   près   d’ORLÉANS,   par   Louis   BOLLÉE   fils.   Les      cloches   sont   suspendues   à   quatre   pièces   de   charpente   en   sapin   d’un   poids total de 170 Kg. Les cloches ont été électrifiées en Avril 1970. AUJOURD’HUI : L’église   mesure   :   nef,   croisée   de   transept   et   chœur   =   23   m   (photo   11   prise   dans   la   tribune),   transept   =   17   m,   hauteur   =   25   m,   places assises = 336 Le   maître   autel   est   fait   de   marbre   par   la   marbrerie   SAVARY   LEMAIRE   de   Sablé-sur-Sarthe   (photo   12).   Le   second   autel   est   installé   en 1988   pour   que   le   prêtre   célèbre   l’office   face   aux   paroissiens.   Le   pourtour      en   toile   tissée   est   réalisé   par   les   sœurs   de   la      MERCI   DIEU   à Saint-Jean   d’Assé   (photo   13).   Le   soubassement   de   l’autel   a   été   réalisé   par   Roger   GOYER,   menuisier   à   Montreuil.   Les   vitraux   datent   de 1939.   Ils   ont   été   réalisés   par      M.   BORDEREAU   d’Angers.   L’un   à   gauche   (photo   14)   est   un   don   de   la   famille   Le   HON.   L’autre   (Photo   15) de   la   famille   DAUBRESSE   de   la   forge   de   l’Aune.   Une   statuette   de   la   Vierge   avec   pour   inscription   «Ste   MARIE»   sur   l’autel   (transept gauche)   est   un   biscuit   (photo   16).,Le   chemin   de   croix   est   en   bois   sculpté   réalisé   par   M.   PROVOST   Clovis,      cultivateur   à   Saint-Germain et   offert   par   la   famille   BOURDAIS   (Photo17   et   18).   Le   clocher   est   constitué   par   une   armature   en   fer   (Photo19)   et   trois   cloches   (Photo 20).   La   voûte   est   en   arrondi   :   la   photo   21   représente   le   plafond   dans   l’église   et   la   photo   22   la   voûte   sous   la   toiture   -   on   y   voit   la   voûte, l’armature en fer et le dessous de la toiture. La porte principale a été réalisée en 2007 par Roger GOYER (photo 23). Plaques commémoratives : •   Dans   la   partie   haute   :   dans   la   chapelle   de   droite   (photo   24)      sont   inscrits      les   Montreuillais   morts   pour   la   France   en   1914-1918   et   1939- 1945.   • Dans la partie basse : commémoration de la reconstruction de l’église en 1939. • En soubassement, une plaque plus ancienne (Photo 25) déposée le 2 Septembre 1849.    Pierre tombale dans la chapelle de droite. Sur cette pierre (photo 26), il est écrit : Ci - gît le corps de DEFFVNCTE VER TVE VSE FEME BARBE GAHY – ESPOVSE DE MRE MICHEL LE - SAGE NOTAIRE - ROYAL LAQUELLE DECEDA LE 7 FEVRIER 1669 Dans la sacristie, deux rangées de porte-manteaux étaient à disposition pour les enfants de chœur, dénombrés entre vingt et trente.    Actuellement, l’office y est célébré une fois ou deux l’année ainsi que des enterrements.
D.J.