LE SITE DE MONTREUIL-LE-CHÉTIF - Mise à jour du site internet le 22/10/2017 - Copyright  © 2017 Tous droits réservés Les célébrités locales
BILL CAIN Ancien joueur et entraîneur français de basket-ball Rencontre   avec   Bill   Cain,   un   des   piliers   de   l’équipe   de   basket   du   SCM   du Mans    dans    les    années    1980,    sélectionné    63    fois    en    équipe    de    France, marquant   754   points,   qui   a   posé   ses   sacs   de   sport   à   Montreuil-le-Chétif,   il   y a 9 ans.   Né   en   1948   à   Mount-Pleasant   dans   l’état   de   New-York,   Bill   Cain,   2   m   04, débute   par   l’athlétisme   en   sprint,   100   m,   200   m,   ça   m’a   beaucoup   aidé   pour le   souffle,   et   ce   n’est   qu’à   partir   de   18   ans   qu’il   s’intéresse   au   basket.   Sorti de    la    fac    d’Iowa    State    en    1970    avec    quelques    bonnes    références    et    la deuxième   meilleure   moyenne   de   l’histoire   de   la   conférence,   il   poursuit   ses études    pendant    une    année    supplémentaire    pour    obtenir    un    master    en psychologie…   En   1971,   il   décide   de   tenter   sa   chance   en   Europe   et   signe   en   Belgique   à Gand   où   il   ne   restera   qu’une   saison   car   repéré   par   la   Jeanne   d’Arc   de   Vichy, il   signera   pour   trois   ans.   Il   n’y   avait   que   deux   professionnels   dans   l’équipe   et il   terminera   à   la   2e   place   des   meilleurs   marqueurs   du   championnat   avec   28.1 points marqués par match.   Le   parcours   sportif   de   Bill   Cain   est   truffé   d’anecdotes   et   c’est   avec   une grande joie qu’il se rappelle sa… Daurade comme prime de match !   Une daurade comme prime de match ! Quand   nous   sommes   montés   en   Nationale   1,   avec   la   J.A.Vichy,   nous   allions jouer   en   voiture   à   l’époque,   notamment   en   Citroën   SM   Maserati,   j’adorais cette    voiture.    Nous    partions    le    vendredi,    nous    visitions    la    région,    nous ramenions    des    spécialités…    Ha    les    quiches    lorraines,    le    bordeaux,    les saucisses…   Cette   fois-là,   nous   allions   affronter   Antibes,   une   des   meilleures équipes   du   moment   et   nous   sommes   allés   dans   un   restaurant   où   nous   avions bien   sûr   des   menus   à   part,   et   au   cours   de   ce   repas,   j’ai   découvert   pour   la première   fois   une   daurade   que   mangeaient   des   clients…   Ça   sentait   tellement bon,   c’était   tellement   appétissant   que   j’ai   dit,   si   on   gagne   ce   match,   je   veux manger   une   daurade   !   Et   ce   match,   nous   l’avons   gagné,   à   Antibes,   et   le lendemain   sur   les   journaux,   les   commentateurs   se   demandaient   ce   qu’avait mangé ce joueur qui courait partout (moi), s’il était dopé ? J’avais gagné ma daurade ! Je me suis bien fait chambrer par mes coéquipiers !   En   1975   il   arrive   au   Mans,   devenant   une   figure   emblématique   de   la   période   de   gloire   du   club   et   naturalisé   français   après   avoir   épousé   une Française,   il   devient   international   en   1978,   il   portera   le   maillot   tricolore   63   fois,   marquant   754   points   durant   ces   matches.   Il   devient entraîneur-joueur   de   l’équipe   en   octobre   1982,   lors   de   l’éviction   de   Denis   Ozer.   Il   quitte   le   SCM   en   1983,   après   huit   saisons   au   Mans,   avec lequel il a gagné trois titres de champion de France en 1978, 1979 et 1982. À   l’époque,   j’avais   la   clé   de   la   Rotonde,   j’habitais   tout   à   côté   et   on   s’entraînait   dur,   trois   heures   le   matin   et   trois   heures   l’après-midi.   C’était l’époque   de   Christian   Baltzer,   à   qui   l’on   disait   Monsieur,   Gasnal   père,   et   c’est   Lloyd   King,   qui   m’avait   convaincu,   après   une   longue   soirée mémorable   chez   moi,   de   venir   jouer   au   Mans…   Bob   Purkuiser,   décédé   dans   un   accident   de   voiture,   m’a   aussi   beaucoup   marqué   !   Le problème   à   l’époque,   c’est   que   nous   n’avions   pas   de   couverture   sociale   et   ce   n’est   que   lors   de   mon   (désastreux)   passage   à   Mulhouse   que nous   avons   commencé   à   en   avoir…   Il   fallait   prendre   des   assurances   pour   nous   assurer,   nous   et   notre   famille   contre   les   risques   de   blessure ou de maladie, mais j’ai perdu 11 années pour ma retraite ! Mulhouse, sur mon curriculum vitæ, je n’en parle jamais tellement ce fut catastrophique !   Qu’avez-vous fait après l’arrêt de votre carrière de basketteur ? J’ai   travaillé   un   peu   dans   une   maison   de   parapharmacie,   à   Euro   Disney   aux   débuts,   c’était   l’époque   où   les   Japonais   arrivaient   en   France,   je devenais   interprète,   puis   je   suis   allé   8   ans   à   Monaco   comme   éducateur   sportif   et   assistant   d’anglais   dans   une   école.   Puis   à   Sartrouville,   j’ai passé   des   concours   pour   valider   ma   formation   universitaire   et   j’ai   eu   mon   diplôme   d’état   BE1   et   je   m’occupais   de   jeunes   basketteurs,   j’avais une   équipe   de   bras   cassés,   à   qui   il   a   fallu   apprendre   beaucoup   de   choses   à   commencer   par   le   respect   !   Nous   avons   réussi   à   gagner   2 matches…   Des envies ? Des regrets ? Des envies, non, des regrets oui… Pas de regrets sportifs, il faut voir les choses positives… (Longue   réflexion,   émotion…)   Oui   des   regrets,   car   j’ai   pu   blesser   des   gens   par   mon   comportement,   par   un   certain   égoïsme,   je   le   regrette   ! Depuis   deux   ans   que   je   suis   en   retraite,   je   suis   apaisé   !   J’ai   eu   le   temps   de   réfléchir   sur   ma   vie   passée,   oui,   je   suis   apaisé   !   Ma   grande   fierté, c’est mon fils de 26 ans, qui est dentiste à Clermont Ferrand !   Pourquoi Montreuil-le-Chétif ? (Rires…)   Ma   femme   voulait   aller   à Auxerre…   Moi   je   ne   voulais   pas   du tout   aller   là-bas…   Le   jour   où   nous   aurions   dû   visiter   des   maisons,   j’ai tout   fait   pour   ne   pas   y   aller,   je   faisais   semblant   d’avoir   des   problèmes avec   la   voiture…   Nous   sommes   ensuite   allés   dans   le   Sud-ouest,   mais   les maisons   étaient   trop   chères…   Je   voulais   une   maison   en   pierres,   et   je suis   tombé   sur   celle-ci   qui   n’avait   que   2   pièces,   était   dans   un   triste   état et   cela   fait   neuf   ans   que   je   la   restaure,   c’est   une   petite   maison   qui   me convient   bien   !   On   m’a   regardé   avec   méfiance   au   début,   mais   moi j’aime   bien   le   calme,   ça   m’a   donné   la   possibilité   de   réfléchir   sur   ma   vie, d’en faire le bilan… Si je veux du bruit je vais à New York !   Prenez-vous encore soin de votre condition physique ? Je   me   suis   remis   au   vélo   !   Cela   faisait   6   ans   que   je   n’étais   plus   monté sur   un   vélo,   pas   facile   d’en   trouver   un   adapté   à   ma   taille,   Roger   Legeay m’en   avait   fabriqué   un… Après   quelques   kilomètres   j’étais   cuit   !   Je   suis arrivé   à   Sougé-le-Ganelon,   je   suis   resté   assis   un   long   moment,   les   gens se   demandaient   ce   que   j’avais…   Maintenant   quand   ils   me   voient   sur   la route, ils me font des signes de la main en me disant il y a des progrès…   Des   souvenirs,   Bill   Cain   en   a   plein   la   tête,   il   montre   avec   fierté,   la photocopie    d’un    timbre    de    165    F,    édité    par    la    République    Fédérale islamique   des   Comores,   édité   à   l’occasion   des   Jeux   Olympiques   de   Los Angelès    de    1984,    sur    lequel    il    figure    en    compagnie    de    Richard Dacoury…   C’est   une   grande   fierté   d’avoir   un   timbre   à   mon   effigie, même Tony Parker n’a pas ça… Autre   séquence   émotion,   lorsqu’il   montre   une   photo,   sur   laquelle,   tout jeune   enfant,   il   est   dans   les   bras   de   Mohamed Ali,   avec   à   ses   côtés   Don King,    l’organisateur    de    combats    de    boxe…    Cassius    Clay,    on    aime l’homme   ou   pas,   mais   c’était   un   grand   Monsieur   !   Les   noirs   avaient   le droit   d’aller   se   faire   tuer   au Vietnam,   mais   n’avaient   pas   le   droit   d’entrer dans un restaurant pour blancs…   Une   de   mes   phrases   avait   été   reprise   par   un   journaliste   «   J’ai   envie   de mourir   en   bonne   santé   »,   elle   est   toujours   vraie…   j’ai   retenu   trois   choses   dans   ma   vie   :   les   impôts,   les   démons   et   la   mort   !   Les   impôts,   tu peux éviter de les payer, mais les deux autres sont éternels… Et je le pense toujours, je voudrais mourir en bonne santé…   Bill   Cain,   un   personnage   très   attachant,   chaleureux,   dont   les   gens   se   demandent   comment   il   arrive   à   entrer   dans   sa   4   L,   avec   laquelle   il   vient hélas   d’avoir   un   petit   accident,   qui   aime   la   gastronomie   française,   il   a   eu   la   chance   de   manger   3   fois   chez   les   Frères   Troisgros,   il   aime   les subtilités   de   la   cuisine   ;   il   écoute   France   Culture,   se   tient   au   courant   des   événements   sportifs   ;   il aime   le   terrain   de   sa   maison,   qui   était   un   dépotoir   avant   son   arrivée,   et   qu’il   a   transformé   en   lieu   de repos,   de   méditation,   en   compagnie   de   son   chien   Loulou,   chien   abandonné,   atypique   lui   aussi,   avec des   yeux   de   couleur   différente.   C’est   un   fervent   supporter   d’une   équipe   qui   se   bat   sur   le   terrain, quelle   que   soit   la   division   dans   laquelle   elle   joue,   il   affirme   que   tout   commence   par   les   tout   petits,   le baby   basket,   le   travail,   l’entraînement…   S’il   dit   qu’il   n’est   pas   entraîneur   dans   l’âme,   on   sent   que   les démons du basket sont encore bien présents, et peut-être que…
Propos        recueillis        par        Alain COUTELLE    et    publiés    sur    le    site avec    l’autorisation    de    la    rédaction de l’ORNE HEBDO.
Quelques liens intéressants: Forum MSB Internationaux basket-ball Wikipedia And for English-reading visitors Article from The NewYorker